Le forum a un nouveau style !


Faites-nous part de vos impressions et signalez-nous les problèmes ICI

38 Isère Grenoble Camille

Avatar de l’utilisateur
CyrC
Modérateur
Messages : 749
Localisation : Maine et Loire

Message#16 » jeu. mai 22, 2008 8:07 pm

Camille,

Il faut te faire à l'idée que pour être vraiment dans des conditions "naturelles" les abeilles ne seront pas en ruche !!!
Sinon, il te faudra leur apporter un abris plus grand que ce qu'elles ont besoin ==> problème de réchauffement au printemps......

Qu'est-ce qui selon toi te semble incontournable et contraire à la Nature pour l'instant (comme vivre en boîte) ?

Paul N

Message#17 » jeu. mai 22, 2008 8:15 pm

Bonsoir Camille,

J'ai une ruche comme tu aimes à vendre, par contre il n'y aura pas de livraison.
http://www.ruchewarre.net/viewtopic.php?t=370

Paul N

chouille

Message#18 » jeu. mai 22, 2008 9:31 pm

Tu te soucie de l'aération en hiver notament, je tient juste à te préciser que si les abeilles respirent bel et bien, une ruche en hiver n'a pas le soufle d'un coureur de marathon. Elles ne risquent donc pas de suffocer... les échanges gazeux se font tout seul à travers l'entrée, le toit, etc. (exemple, les marmottes dans leurs terriers tout l'hiver sans ouvrir les fenêtres :lol: )
Tu dits aussi vouloir placer tes ruches dans le vercors à 1000 m d'altitude. A cet hauteur en hiver le froid, le vents, etc sont important. Il faut en tenir compte si tu met un fond grillagé.

Courage :wink:

Avatar de l’utilisateur
rapiculteur
Anciens
Messages : 1304
Localisation : Yzeure

Message#19 » ven. mai 23, 2008 5:17 am

Bonjour à tous,

Dans une cheminée ouverte (il n'y a pas toujours de poterie) les abeilles doivent lutter contre la pluie.
Ne doivent-elles pas alors aussi (et peut-être surtout ??) se "couvrir" en propolissant ?
En s'installant plus bas, elles seraient moins exposées mais ...les entrées/sorties se font par le haut, ce qui n'est pas le cas dans la majeure partie de nos ruches...

Déchets et denrées n'empruntent pas les mêmes circuits....

a+

guillaume31
Messages : 769
Localisation : haute garonne

Message#20 » ven. mai 23, 2008 6:18 pm

Cyrc à dit:"Il faut te faire à l'idée que pour être vraiment dans des conditions "naturelles" les abeilles ne seront pas en ruche !!!
Sinon, il te faudra leur apporter un abris plus grand que ce qu'elles ont besoin "

Je ne suis pas d'accord, en milieu "naturel" les abeilles utilisent les cavitées qu'elles trouvent avec des tailles très variables, aussi bien petit comme j'ai trouvé dans un trou de mur d'église, ou plus grand dans des tronc d'arbres, ou sans limites dans des cheminées.
Donc pour moi une ruche corespond aussi bien qu'un autre logement naturel.
Ce que j'aime dans la warré c'est que la surface du toit est modeste et le volume vertical, donc un essaim va facilement trouver sa place sans se trouver dans un volume trop grand s'il est petit, et aura largement de place s'il est de taille importante.

camille

Message#21 » lun. mai 26, 2008 10:33 am

Pour répondre à chouille concernant l'aération. L'abeille est en activité durant son hivernage contrairement à la marmotte qui est en hibernation. En hibernation, la marmotte réduit sa consommation d'oxygène d'un facteur 20!!!

La chaleur provient surtout de la digestion du sucre par les abeilles. Donc, quand l'abeille consomme du sucre, elle a besoin d'une certaine quantité d'oxygène pour le métaboliser, ce qui entraîne une production d'eau (vapeur), de gaz carbonique, et sur­tout de chaleur. Du miel ou du sirop de sucre à 17% de teneur en eau a un pouvoir calorifique de 3040 Kcal/kg. Le besoin annuel moyen pour la durée d'hivernage est d'environ 10 kg/ruche, ce qui représente environ 8 watts de production de chaleur sensible.

En consommant 10 kg de sirop en hivernage, une colonie a besoin d'oxygène pour le métaboliser. Basé sur cette consomma­tion, le besoin minimal d'oxygène sera de 1,75 I/h/ruche. Les abeilles n'étant pas affectées par moins de 7% d'oxygène et pas plus de 10% de gaz carbonique, le taux limite minimal d'approvisionne­ment en air est de 300 I/ruche/jour pour l'oxygène et de 600 I/ruche/jour pour l'élimination du gaz carbonique. Ainsi, dans une chambre où les ruches sont logées à 0,6 m3/ruche, ce taux de ventilation correspond à 600 I/jour ou un changement d'air par jour. En pratique, il faut assurer une atmosphère beaucoup plus saine. La ventilation minimale continue devrait fournir dix changements d'air par jour.

source: http://apiculture68.neuf.fr/comportement.htm

Je ne sais pas si l'entrée de la ruche est suffisamment grande en hiver pour assurer une bonne ventilation mais l'élimination du gaz carbonique n'est pas négligeable. L'approvisionnement en air et l'évacuation du gaz carbonique se font par l'entrée de la ruche ... et pourtant se sont des circulations de gaz en oppposition ! est-ce génant ?

Je suis d'accord avec guillaume31, la ruche est une cavité comme une autre. Ce qui me pose problème, c'est l'ensemble des aménagements qui sont fait dans la ruche pour "faciliter " la vie de l'abeille. Quand on aménage la ruche, on contraint l'abeille à faire comme on pense quelle doit faire ... on pense à la place de l'abeille. Je réfléchis à faire le minimum d'aménagement pour me permettre de récolter un peu de miel sans tout casser et c'est tout !!!

albireo

Message#22 » lun. mai 26, 2008 10:40 am

Ce qui me pose problème, c'est l'ensemble des aménagements qui sont fait dans la ruche pour "faciliter " la vie de l'abeille


ne faut-il pas mieux dire : "faciliter" la vie de l'apiculteur" :D

guillaume31
Messages : 769
Localisation : haute garonne

Message#23 » lun. mai 26, 2008 11:06 am

je suis d'accord avec albireo, l'aménagement des ruches est pensé pour facilité la vie de l'apiculteur, c'est comme ça qu'est né le cadre amovible en cire gauffré.
Si tu veux déranger le moins les abeilles, propose leur une ruche vide avec un toit comportant quelques trous qui donne sur une ou plusieurs hausses que tu récoleras sans toucher au gros de la ruche.
Simplement pour la bonne santé de l'essaim il est bon de rajeunir la cire du nid à couvain.

chouille

Message#24 » lun. mai 26, 2008 9:44 pm

Pour continuer le débat, comment compte tu t'y prendre pour la lutte anti-varoa?

camille

Message#25 » mar. mai 27, 2008 9:57 am

Bonjour,

Concernant les traitements, je me dois de maintenir mes ruches dans un bon état sanitaire. Dans un premier temps, je compte faire un traitement au thymol vers aout puis un traitement à l'acide oxalique en hiver.
Mon idéal serait comme tout le monde je suppose de ne pas traiter. Au fur et à mesure je verrai si je peux supprimer un des deux traitements ... et voir les effets.

Je pense que je vais adopter un fond entièrement grillagé sans plateau.

Un apiculteur m'a dit qu'en chauffant l'acide oxalique (traitement par évaporation), cela forme de l'acide formique. Cet apiculteur fait donc un traitement à l'acide oxalique par égouttement.
Est-ce quelqu'un peut me confirmer ca?
Je suis OK pour traiter à l'acide oxalique mais pas trop pour l'acide formique.

albireo

Message#26 » mar. mai 27, 2008 11:36 am

Si tu veux déranger le moins les abeilles

pourquoi cette obsession du non dérangement des abeilles ?

Comme je vous l'ai dit je détruis les cellules royales pour éviter l'essaimage, mais je ne vous ai pas donné la méthode, vous verrez ainsi que l'on peut déranger les abeilles et faire du miel.
sur une dadant :
1) enfumer, et sortir les 2,3 ou 4 hausses, les poser au sol sur le toit, enlever la grille à reine
2) sortir les cadres (10) un par un, les secouer dans la ruche pour enlever les abeilles, supprimer les cellules (toutes) et remettre les cadres
3) remettre la grille à reine et replacer les hausses, refermer la ruche.

Temps de l'opération : entre 4 et 7 mn suivant les colonnies.

je conçois que les abeilles soient dérangées, mais la meilleure ruche à fait 6 hausses de colza, n'a pas essaimée, et les abeilles ont deux hausses en absence de miéllée pour pouvoir contenir à l'intérieur, donc grosse population.

je réitère ma question : pourquoi cette obsession du non dérangement des abeilles ?

camille

Message#27 » mar. mai 27, 2008 12:27 pm

Je n'est pas d'expérience en apiculture donc mon point de vue vaut ce qu'il vaut.
J'essaye juste de réfléchir en faisant des parallèles avec des domaines que je connais mieux.

Pour moi déranger les abeilles veut dire que l'on intervient sur la ruche. Normalement les abeilles vivent de manière autonome sans l'aide de l'homme. Intervenir dans une ruche ne va pas dans le sens de la nature. C'est donc du point de vue des abeilles une intrusion étrangère. Il est difficile de mesurer les conséquences de cette intrusion.
La ruche est un environnement très fragile à mon avis. Une très forte population, beaucoup de va et vient, une température élevée, de l'humidité, un espace confiné .... bref un endroit qu'il est difficile de garder sain.
Tout changement due à une intrusion extérieure fragilise l'équilibre ... les abeilles doivent alors travailler pour le rétablir.

A court terme, intervenir sur une ruche peut être bénéfique (stopper l'essaimage ...), mais comment mesurer l'impact à long terme (fragilisation de l'abeille, développement de maladie, ...).

Si je fais un parallèle avec le jardinage:
Les plantes poussent de manière sauvage sans l'homme. L'homme a voulu les faire pousser dans un jardin à coté de la maison. Puis on a recourt à des techniques pour favoriser le rendement des jardins:
- désherbage autour des plantes (plus aucune compétition entre espèces)
- labour
- arrosage (plus de stress pour la plante)
- engrais
- mise sous serre pour faire lever les graines (sélection par l'homme des graines)
- sélection et croisement pour obtenir des hybrides plus productives (évolution de l'espèce dictée par l'homme suivant ses propres critères)

et du coup:
- certaines plantes ont besoin de tuteurs pour pousser !!!!
- la plupart des plantes sont malades ou parasités => utilisation de traitement
- les légumes se conservent mal
- certaines plantes ne produisent même plus de graines !!!!
- certains légumes n'ont même plus de goût !!!! mais ils sont jolis !!!

Toutes les techniques de jardinage ont une raison plus ou moins valable qui à court terme donnent des résultats ... mais à long terme on rentre dans une spirale.
Dans la nature les plantes ne sont pas envahies de pucerons ... il y a un équilibre qui se fait entre toutes les espèces ... dans le jardin, on maintient un système en déséquilibre. En intervenant sans cesse, je pense qu'on se crée ces propres problèmes.

Naturellement le varroa ne peut pas vivre sans l'abeille ... c'est la notion de parasite. Si le parasite se développe trop .... alors les abeilles meurent ... alors le parasite meurt ... un équilibre se fait naturellement.

Je ne veux pas passer pour un hurluberlu ou un fou et encore moins un extrémiste.
Mais j'essaye de réfléchir pour savoir si toutes les techniques que l'on utilise sont vraiment à long terme bénéfique.
J'essaye de trouver un compromis entre le sauvage et le domestique. Là je donne mon point de vue théorique, après j'essaye de m'adapter en gardant cette idée en tête.

Je suis convaincu que stopper l'essaimage est bénéfique pour la récolte en fin d'été ... mais quand n'est-il des conséquences sur l'abeille à long terme. Et qu'on ne me dise pas qu'il n'y en a pas !!! ON N'EN SAIT RIEN ...
Modifié en dernier par camille le mar. mai 27, 2008 12:37 pm, modifié 1 fois.

camille

Message#28 » mar. mai 27, 2008 12:37 pm

Pour continuer

Je pense que l'on peut faire du jardin de manière plus naturelle sans que ca ressemble à ça:
Image

et de même pour l'apiculture:
Image

albireo

Message#29 » mar. mai 27, 2008 12:59 pm

Normalement les abeilles vivent de manière autonome sans l'aide de l'homme


je dirais vivais :(

et je rajoute : pourquoi alors voulez-vous des abeilles, les enfermer dans une ruchev etc ... ?

camille

Message#30 » mar. mai 27, 2008 1:07 pm

1- Pour faire un geste écologique en donnant un lieu de vie aux abeilles, la ruche est une cavité comme une autre ... d'où elles pourront partir si elles le désirent ... elles pourront même essaimer librement.

2- Pour récolter un peu de miel ... produit localement ... consommé localement ... sans trop d'impact sur l'environnement ... en toute simplicité ... comme il était courant de faire par le passé.

Faire des gâteaux avec du miel plutôt que du sucre ... quel plaisir !!!!

Retourner vers « 38 Isère »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités

Faites glisser l'icône de la Ruche Warré sur la barre des tâches pour épingler le site !

Ou cliquez ici par l'ajouter au menu démarrer ou à la liste des applications.