Le forum a un nouveau style !


Faites-nous part de vos impressions et signalez-nous les problèmes ICI

Journal d'essais apiculture Mayotte, Apis mellifera unicolor

Avatar de l’utilisateur
rytounet
Messages : 1235
Localisation : 976 Mayotte

Re: Journal d'essais apiculture Mayotte, Apis mellifera unicolor

Message#91 » lun. déc. 05, 2016 12:57 am

Un beau travail entre passionnés que ce transfert vers une ruche kényane en palette. En espérant qu'il plaise autant aux demoiselles tropicales.

Tous étonnés qu'elle soient si douces. On leur casse leur logement sans avis d'expulsion. Le tas de bois, stockage de montants et cadres contreplaqués, était moisi en phase d’émiettement. Il a fallu chercher où exactement était la colonie. Comme des archéologues balayant des kilos de poussière humide et de fibres de bois pour découvrir l'os ou l'artefact recherché. Une grande cavité dans l'espace entre 4 montants et d'un volume d'une hausse Dadant. Le tout rempli de rayons et des tentatives de débordement des constructions vers la périphérie extérieure de l'encadrement qui doublent le volume intérieur.

Une des colonies les plus fortes observées jusqu'ici.

On pille les réserves d'un miel au goût fort dont on remplit 2 bassines de rayons, on déplace le couvain dans un nouveau logement neuf. Toutes sont à la rue... et peu ou pas de protestation violente.
Réactions différentes de celles des abeilles que nous connaissons. Qui a dit que les Africaines sont agressives ?
La collègue apicultrice avec des tongues, pas de piqures.

Pas vu battre le rappel. Des plaques d'abeilles agglutinées sur le mur de clôture en parpaing.
Nous restons mitigés quant à l'acceptation de la nouvelle ruche.
Elles peuvent rentrer puis partir dans les trois semaines. Comportement sauvage moins prévisible et difficile pour la mise en place d'exploitation apicole.

On verra.

La leçon que j'en retiens à chaud. La nuit tombe vite.
Être préparé avec toutes ses affaires et matériel et savoir ce qu'il faut faire exactement.
Avoir tracé son plan d'action.
Pas de place pour les hésitations ou la recherche d'un objet indispensable.
La ruche d'accueil prête des heures avant.
Être dans un trou perdu, maintenant c'est être au TOP

Avatar de l’utilisateur
rytounet
Messages : 1235
Localisation : 976 Mayotte

Re: Journal d'essais apiculture Mayotte, Apis mellifera unicolor

Message#92 » lun. déc. 05, 2016 11:32 am

Ce matin, grosse bagarre aux abords de la kényane nouveau logement sur les débris de l'ancien à piller les cires naufragées.

Sur le mur de clôture à deux mètres de haut, une tache mouvante d'abeilles qui va vers un trou dans un parpaing.
Manifestement elles se réfugient dans une caverne.

Illico je les chasse de la caverne en les enfumant puis j'installe une ruchette à l'entrée en substituant l'entrée de la ruchette au trou dans le parpaing.

Elles rentrent dans la ruchette, elles visitent, elles dansent.

Je ne sais pas où est qui et leurs choix. Il y a du monde un peu partout.
Être dans un trou perdu, maintenant c'est être au TOP

steco
Messages : 9

Re: Journal d'essais apiculture Mayotte, Apis mellifera unicolor

Message#93 » lun. déc. 05, 2016 2:23 pm

bonjour, pour allumer l'enfumoir, c'est facile, tu prends la toile qu'il y a à la base des branches de cocotier, ça brule très bien et ça fait prendre des petits morceaux de branches de ravenale (bobo) qui brûlent et fument très bien. Je fais comme ça à Nosy Be, Madagascar

Avatar de l’utilisateur
rytounet
Messages : 1235
Localisation : 976 Mayotte

Re: Journal d'essais apiculture Mayotte, Apis mellifera unicolor

Message#94 » lun. déc. 05, 2016 5:14 pm

Merci bien Steco, pour ces tuyaux. C'est hyper galère sans aiguille de pin j'ai des boites à œuf. J'essaye tout ce qui brule, fibre de cocotier, etc.

Je passerai bien te voir à Nosy Be pour que tu me donnes des tuyaux... dans 15 jours j'y suis. Par message privé, envoie moi, si tu veux bien tes coordonnées sur place.
Être dans un trou perdu, maintenant c'est être au TOP

Avatar de l’utilisateur
rytounet
Messages : 1235
Localisation : 976 Mayotte

Re: Journal d'essais apiculture Mayotte, Apis mellifera unicolor

Message#95 » mer. déc. 07, 2016 5:53 pm

Aujourd'hui et ce soir à la nuit tombée, contrôle de présence dans la kényane.
B., un collègue apiculteur chevronné (initiale pour préserver l'anonymat sur internet) et moi-même, sommes dubitatifs.

Après inspection, petite poignée d'abeilles sur un rayon de couvain (il y avait 6 rayons de couvain greffé sur des barrettes).
J. aussi, tout comme nous, est déçue.

Les méthodes employées ne leur conviennent pas car le gros de la colonie et la reine n'ont pas accepté le nouveau logement même garni de la majorité du couvain, et se sont évadées.

On va voir ce que font les abeilles résiduelles dans la ruche (élevage d'une reine ?).
Peut-être faut-il envisager des transitions plus douces comme greffer une ruche construite sur la colonie sauvage et les canaliser pour qu'elles s'y habituent. Incorporer des barrettes ... etc.

On ne peut dans l'optique de domestiquer des abeilles et les préserver, en arriver à détruire la colonie sans savoir si la reine est sauvée.

Peut-être en garder ainsi des sauvages à portée de main, afin qu'elles produisent leurs essaims.

A murir et méditer dans les prochains jours.
Être dans un trou perdu, maintenant c'est être au TOP

Avatar de l’utilisateur
FG68
Messages : 620
Localisation : Alsace (proche Colmar)

Re: Journal d'essais apiculture Mayotte, Apis mellifera unicolor

Message#96 » mer. déc. 07, 2016 6:15 pm

Et bien ça n'a pas l'air simple la cueillette d'essaim à Mayotte, il semble falloir beaucoup de persévérance :roll:
Bon courage :wink:
Ma présentation : viewtopic.php?f=141&t=7115 :D
Modifications de la Kenyane viewtopic.php?f=181&t=8442

Avatar de l’utilisateur
Michel
Admin
Messages : 11489
Localisation : Millau 12 Aveyron France

Re: Journal d'essais apiculture Mayotte, Apis mellifera unicolor

Message#97 » mer. déc. 07, 2016 9:57 pm

Bonsoir Rytounet,

Apparemment, tu arrives assez facilement à trouver des colonies mais tu bloques sur la fidélisation dans tes ruches malgré la récupération du couvain lors de l'enruchement.

Je te suggère l'idée que m'inspire ta situation. Perdu pour perdu, efforce-toi de capturer la reine lorsque tu transvases ta colonie dans ta ruche. Soit tu la tues, soit tu la mets dans un nucleus et tu laisses tout le reste de la colonie sans reine mais avec le couvain.

Et là, les cocottes, elles seront bien obligées de l'accepter, ton "hospitalité" sinon, finie, la colonie. Alors, au boulot, les filles et élevez-moi une reine, vite fait !

Bon courage !
Michel,

Causses tôt, Causses tard mais Causses toujours... tu m'instructionnes ! :lol:

Avatar de l’utilisateur
rytounet
Messages : 1235
Localisation : 976 Mayotte

Re: Journal d'essais apiculture Mayotte, Apis mellifera unicolor

Message#98 » jeu. déc. 08, 2016 4:41 am

Si l'art d'enrucher est de savoir faire accepter une ruche à une colonie, pour l'instant il n'y a pas d'artiste ici.
Nous étions 5 lors de cette intervention dont 1 professionnel et deux amateurs ayant déjà des ruches en France et à Mayotte, et deux personnes ayant suivi des formations. On a essayé sans avoir d’école ou d'idée préconçue.

Michel a écrit :Apparemment, tu arrives assez facilement à trouver des colonies mais tu bloques sur la fidélisation dans tes ruches malgré la récupération du couvain lors de l'enruchement.

Apparemment, comme je vous l’écrivais, de l'avis général des apiculteurs métropolitains ou d'autres DOM qui s'essayent et se frottent à l'abeille mahoraise, c'est le problème de tout le monde ici face à cette souche d'abeille.

Comme je l’écrivais deja, il y a 80% d’échecs lors de l'enruchement. Des gens venus de partout se sont déjà cassé les dents. Même de la Réunion qui ont des Apis meliferra unicolor métissées ou amendées par des importations.
Malgré les tentatives il n'y a pas de professionnels qui vivent de ça et pas d'amateurs qui y restent.

Elles ont été sélectionnées depuis des siècles sur la prédation apicueillette et (donc ?) s’évadent très très vite.

Voir rapport "Étude de faisabilité Apiculture Mayotte"
http://coatis.rita-dom.fr/osiris/files/ ... e_2012.pdf

"Comportement sauvage :
1. La désertion : Principal problème remarqué à Mayotte. La colonie entière quitte le nid (abri naturel ou ruche), ses réserves, son couvain, ses constructions pour s'établir ailleurs, sans être dans une phase de reproduction (essaimage, production de nouvelles reines). Et ce à cause d'un dérangement ou d'un manque de ressources environnantes. Ce comportement n'existe qu'en milieu tropical car il est suicidaire pour la colonie en pays tempéré ou à saisons très marquées.
Maintenant, des observations montrent qu'à Mayotte un grand nombre de colonies restent parfois plusieurs années dans le même abri. Cette réaction n'est donc pas gratuite."
Voir aussi article :
http://lejournaldemayotte.com/une/et-ma ... a-du-miel/

"Une abeille sauvage bien acclimatée

L’abeille sauvage de l’océan indien est bien implantée et acclimatée dans notre département. Apis mellifera s’installe dans une grande diversité d’abris, des troncs creux, dans le sol et parfois dans les habitations.
Elle résiste à de longues périodes de pluie et son organisation est basée sur une floraison assez constante… ce qui est le premier inconvénient d’une longue liste.
Avoir accès à de la nourriture tout au long de l’année, à part à la fin de la saison sèche qui correspond pour elle à une courte période de disette, ne facilite pas la constitution de réserves. En conséquence, elle produit relativement peu de miel, même si la production pourrait tout de même atteindre une dizaine de kilos par an.

Autre problème : elle peut très vite abandonner son nid. Quand Apis mellifera est dérangée par des termites ou des fourmis, elle part s’installer ailleurs. Ce comportement, que les spécialistes appellent la «désertion», est une particularité des abeilles qui vivent en milieu tropical. Une telle fuite serait tout simplement suicidaire pour les abeilles européennes dont la vie est rythmée par les saisons d’un climat tempéré.
Du coup, pas facile pour l’homme d’intervenir pour les installer dans une ruche, les transporter, ou de récolter leur miel. Il faudrait donc imaginer de bonnes pratiques pour mettre en place une apiculture maitrisée d’autant qu’Apis mellifera rechigne à s’installer dans les grandes ruches modernes : elle n’aime pas les étages. Elle préfère généralement habiter dans une seule boite plutôt de petite taille."

Les reines ont une capacité de mobilité plus grande.

L'essaim peut rester deux semaines sur une branche sans rien construire ni stocker puis décider de partir. La colonie peut choisir un lieu, y vivre puis décider plus tard de s'en aller.
Elles ne stockent pas du miel pour passer d'hiver. Il n'y a pas d'hiver. La saison "fraiche" c'est du 20 degrés C minimum. Des fleurs il y en a toujours à butiner.

Les miellées sont nombreuses, mais les conditions de vie plus dures ou concurrentielles à cause des pluies très violentes ou des insectes pilleurs ou bien du feu dans le jardin fait pour les chasser donc elles changent de "maison" facilement : il pleut trop fort, elle va se mettre à l'abri ailleurs.

Les enruchements réussis (20% des cas pour les acteurs qui en parlent) peuvent être considérés comme tels seulement après 3 semaines d'installation dans la ruche.

Des interventions ? Une tentative de déplacement de la ruche pour changer de site ? Et hop elles peuvent partir.

Là je vous répète ce que les acteurs de la filière qui tentent de s'installer disent et ce que je vis depuis deux mois.

Personnellement, sur 3 colonies trouvées. J'en ai une bien installée (déplacée sur 1 km), une évadée totalement 3 fois (colonie à 6 m de haut), l'autre qui a son couvain gardé par une poignée d'abeilles (dans mon jardin dans le tas de bois).

Les prochaines tentatives, je vais peaufiner le moindre détail et y aller à la douce en les trompant en évitant le stress et la fumée. Par étapes
- Insérer la ruche dans la structure existante pour qu'elles la considèrent comme la leur.
- Insérer des barrettes dans la colonie sauvage
- Connecter la colonie sauvage à la ruche apportée en faisant en sorte qu'elles y passent (communication)
- Englober la colonie dans la ruche

A voir selon la situation qui se présentera.
Mais je suis à l’écoute des moindres idées et conseils à tester.
Modifié en dernier par rytounet le jeu. déc. 08, 2016 7:10 am, modifié 1 fois.
Être dans un trou perdu, maintenant c'est être au TOP

Avatar de l’utilisateur
bebert69
Messages : 1029
Localisation : Monts du lyonnais

Re: Journal d'essais apiculture Mayotte, Apis mellifera unicolor

Message#99 » jeu. déc. 08, 2016 7:07 am

rytounet a écrit :Elles ne stockent pas du miel pour passer d'hiver. Il n'y a pas d'hiver.

Alors, qu'est-ce qui les pousse à stocker à un moment donné ?

Avatar de l’utilisateur
rytounet
Messages : 1235
Localisation : 976 Mayotte

Re: Journal d'essais apiculture Mayotte, Apis mellifera unicolor

Message#100 » jeu. déc. 08, 2016 7:23 am

bebert69 a écrit :
rytounet a écrit :Elles ne stockent pas du miel pour passer d'hiver. Il n'y a pas d'hiver.
Alors, qu'est-ce qui les pousse à stocker à un moment donné ?

Il est possible de récolter dix kilos par ruche par an mais ce n'est pas une règle. Elles stockent avant la saison sèche où il y a une période de disette. Et certainement pour nourrir le couvain.
Pas pour tenir 4 mois d'hiver au froid
Être dans un trou perdu, maintenant c'est être au TOP

Avatar de l’utilisateur
Michel
Admin
Messages : 11489
Localisation : Millau 12 Aveyron France

Re: Journal d'essais apiculture Mayotte, Apis mellifera unicolor

Message#101 » jeu. déc. 08, 2016 6:35 pm

Bonsoir Rytounet,

As-tu entendu dire qu'un apiculteur clippait ses reines ? As-tu essayé de repérer la reine ?

Vu d'ici, je vois deux pistes, celle de la fidélisation "de force" en empêchant la reine de partir soit avec une grille adaptée soit en lui coupant une aile (pas trop doux comme méthode) et celle de la sélection de souches plus sédentaires que d'autres mais là, ça risque de prendre du temps.

A+
Michel,

Causses tôt, Causses tard mais Causses toujours... tu m'instructionnes ! :lol:

Avatar de l’utilisateur
rytounet
Messages : 1235
Localisation : 976 Mayotte

Re: Journal d'essais apiculture Mayotte, Apis mellifera unicolor

Message#102 » jeu. déc. 08, 2016 7:00 pm

Bonsoir Michel,

Les deux solutions sont évoquées mais pas appliquées encore que l'on m'ait dit.

Le clippage de la reine. Un peu dur comme méthode. Encore faut-il l'attraper. Monsieur P. me disait il y a une semaine qu'elles sont plus difficiles à attraper qu'en France. Elles s’évadent (sautillent) et esquivent plus. Envisagé. Cela ne résoud pas le comportement de la colonie. Qui dit qu'elles ne la supprimeront pas après avoir élevé une jeune reine ?

La sélection est envisagée aussi (voir rapport en pdf dans les liens ci-dessus). Il va falloir du temps.

Peut-être regrouper les colonies les plus souples et qui sont les plus malléables dans une station de fécondation où il n'y aurait que ces colonies et saturées en ses faux bourdons.

Les autres solutions à trouver qui me viennent à l'esprit sont certainement dans la séduction de la colonie, une méthode douce moins brutale :
- Savoir leur présenter des ruches
- Transvasement style Frérès Guillaume avec une période de transition qui permette de communiquer l'odeur de la colonie à la construction
- Choix du modèle, volume(s) intérieurs
- Savoir quoi ne pas faire et faire pour qu'elles y restent et s'y trouvent bien tout en ayant la possibilité de récolter.
- Écartement cadres ou barrettes à l'africaine
- Cires locales
- Quelles plantes ? Citronnelle, géranium ?
- Attrape-essaim ?
Être dans un trou perdu, maintenant c'est être au TOP

Avatar de l’utilisateur
bebert69
Messages : 1029
Localisation : Monts du lyonnais

Re: Journal d'essais apiculture Mayotte, Apis mellifera unicolor

Message#103 » jeu. déc. 08, 2016 8:51 pm

La sélection...

Si vous vous mettez à vouloir sélectionner les abeilles pour qu'elles soient comme vous le voulez (ce qui se comprend si on veut travailler avec), à terme, elles perdront donc leurs caractéristiques originelles. Alors pourquoi ne pas importer directement des abeilles qui vont bien ?

Ne faudrait-il pas se contenter de la chasse/cueillette ?

Bon maintenant, je sors mon bouclier... ça y est on peut me tirer dessus !

Avatar de l’utilisateur
rytounet
Messages : 1235
Localisation : 976 Mayotte

Re: Journal d'essais apiculture Mayotte, Apis mellifera unicolor

Message#104 » ven. déc. 09, 2016 4:53 am

bebert69 a écrit :La sélection...
.....
Ne faudrait-il pas se contenter de la chasse/cueillette ?

La chasse cueillette c'est la destruction de la colonie sous forme de prédation comme avant le Néolithique au Paléolithique quand l'homme était nomade et vivait de ce qu'il trouvait sans modifier son environnement.

Maintenant dans une île comme Mayotte, et ailleurs c'est quasiment pareil, la densité croissante de population humaine rend impossible une survie de l'homme tout comme des espèces proies sous le régime prédation dite chasse cueillette.

Comment faire la cohabitation Homme / Abeille possible ? L'urbanisation est galopante. Petite Terre est un lieu où il y a beaucoup de population mais aussi des abeilles. Grande Terre en certains lieux aussi.

Entretenir la peur et les méthodes de prédation, ou faire en sorte que l'Homme accepte la Ruche dans son jardin au lieu de bruler l'arbre ou de chasser la colonie ? Qu'il prélève et en tire bénéfice au lieu d’éradiquer ?

C'est en soi une pression sélective sur l’espèce. La pression sélective humaine zéro n'existe pas. Les colonies qui survivent sont celles qui ont décampé le plus vite puisque dans ce milieu tropical il est moins vital de se battre à mort pour préserver des ressources, qu'en Europe où elle sont indispensables pour passer l'hiver.

La désertion du couvain et des réserves sans se battre pour aller s’établir ailleurs, à l'abri de la pluie tropicale, des fourmis, des termites, de l'homme, a conduit à cette sous-espèce douce mais qui s’évade.

Ta question est bonne et croit bien qu'on se la pose nous aussi

Comme certains vont un jour vouloir faire de l'argent "facile", ils vont importer des sélections poussées humaines comme la Buckfast ou autre en pensant s’éviter des tracas et aller plus vite.

Cela sera un danger sanitaire. Il n'y a pas de varroa et autres maladies.
L'hybridation conduira à une abeille aux réactions encore inconnues (épisode des abeilles africanisées créées au Brésil...) et perte ou dilution gommage de la biodiversité.

On se propose non pas de changer l'abeille mahoraise mais de lui donner d'autres chances de survie que sous la pression de la chasse destruction, et de travailler avec elle.

C'est l'alternative : travailler avec nous... ou être remplacée... c'est même étonnant que cette option n'ait pas été deja adoptée. Cela nous pend au nez.

L'ensemble de la flore locale insulaire n'est pas endémique et nombreuses sont les productions de fruits, de légumes qui dépendent de la pollinisation (litchi par exemple venu de Chine). La collaboration existe déjà entre l'homme qui a importé de nombreuses plantes pour se nourrir :
- Manguier (Inde)
- Papayer (Amérique)
- Manioc (Amérique)
- Fruit à Pain (Océanie début XIXeme)
- Goyavier (Amérique)
- Caféier (Éthiopie)
- Avocatier (Amérique)
- poivrier,
Etc.

Si on crée un Conservatoire de l'Abeille Mahoraise et que l'on interdit les importations d'abeilles alors cela sera une richesse génétique à développer.

Qui dit qu'elle ne servira pas de point de départ à des réintroductions ailleurs dans le monde... ?
Puisque ailleurs l'Apis mellifera est en danger dans beaucoup de pays.

A contrario, avoir une abeille saine exempte des plaies mondiales... c'est une force.
Modifié en dernier par rytounet le ven. déc. 09, 2016 11:26 am, modifié 4 fois.
Être dans un trou perdu, maintenant c'est être au TOP

Avatar de l’utilisateur
rytounet
Messages : 1235
Localisation : 976 Mayotte

Re: Journal d'essais apiculture Mayotte, Apis mellifera unicolor

Message#105 » ven. déc. 09, 2016 4:44 pm

Demain réunion de constitution d'une association d'apiculture de Mayotte. Je n'y serai pas mais je transmets mes pouvoirs à M. P.

L’association a pour objet général la structuration de la filière apicole.
Elle a pour but spécial :
1. De fédérer l’ensemble des acteurs de la filière apicole, et de structurer les actions de développement de cette dernière
2. De répondre aux besoins de formation des apiculteurs installés ou en devenir
3. D’accompagner techniquement les apiculteurs pour la mise en place et le développement des cheptels
4. De favoriser les connaissances sur l’abeille de Mayotte, sa biologie et son élevage
5. De faire reconnaître et de protéger le statut sanitaire de Mayotte en ce qui concerne sa population d’abeilles, afin de protéger cette biodiversité
Être dans un trou perdu, maintenant c'est être au TOP

Retourner vers « Divers »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité

Faites glisser l'icône de la Ruche Warré sur la barre des tâches pour épingler le site !

Ou cliquez ici par l'ajouter au menu démarrer ou à la liste des applications.