Le forum a un nouveau style !


Faites-nous part de vos impressions et signalez-nous les problèmes ICI

le checker boarding

camille

le checker boarding

Message#1 » lun. juin 09, 2008 1:24 pm

Bonjour à tous,

En lien avec le site américain
http://www.bwrangler.com/bee/lche.htm

Je présente une méthode de conduite pour prévenir l'essaimage.
Cette théorie se base sur les écrits de Walt Wright.

Une colonie cherche à atteindre deux buts. Premièrement elle doit assurer sa survie, c'est le comportement fondamental. Ensuite elle doit essaimer pour se reproduire. La fièvre d'essaimage arrive au printemps, ensuite la colonie bascule dans un mode de survie pour se préparer à l'hiver. La colonie gère ses réserves et sa quantité de couvain pour essaimer et survivre sans risque. Une colonie choisit de préférence la survie à l'essaimage de reproduction.

A la fin de l'hiver, la colonie vit sur ses réserves et elle commence à élever du couvain en utilisant la cire libérée pendant l'hiver. En même temps qu'elle élève du couvain, elle consomme des réserves, ce qui laisse de la place pour agrandir le couvain. A ce stade le couvain s'agrandit principalement vers le haut en profitant de la place libérée (consommation du miel).
La colonie surveille en permanence la quantité de réserve. Si le miel vient à manquer, la ponte est ralentie ou supendue. Voir même, les abeilles peuvent cannibaliser le couvain pour économiser les réserves.

Quand l'expansion du couvain se trouve limité, les abeilles prépare l'essaimage. Pour cela, elle remplisse une partie du couvain de nectar non operculé. Cela réduit la surface de couvain. La reine ne trouve plus d'espace où pondre. Comme suite à l'essaimage, le nombre d'abeilles sera réduit, le couvain doit être suffisament petit pour ne pas nécessiter trop de nourricières. Comme le couvain a été rempli de nectar, la nourriture est disponible à proximité du couvain.
Pendant la période où les abeilles remplissent le couvain de nectar, elles préparent en parallèle des cellules royales.
Si un problème survient, les abeilles arrêtent le processus d'essaimage pour assurer leur survie.
Cette fièvre d'essaimage dure jusqu'à une certaine date, puis après les abeilles basculent automatiquement en mode survie pour préparer l'hiver.

dès qu'une colonie essaime ou abandonne l'essaimage, elle bascule dès lors en mode de survie. Pour assurer une récole de nectar suffisante, la colonie élève un grand nombre d'abeilles. L'activité de la ruche se tourne vers l'élevage de couvain et la récolte de nectar diminue fortement. L'élevage de couvain se fait grace aux réserves amassées avant l'essaimage.
A ce stade la colonie a élevé un grand nombre d'abeilles et s'attache à récolter un maximum de miel. Le but est de récolter le maximum de nectar et de positionner les provisions au dessus et autour du couvain. Le miel est alors operculé en vue des réserves d'hiver.
Puis une fois les réserves faites, la colonie réduit son activité en vue de l'hivernage.

L'abeille assure des réserves suffisantes pour sa survie en hiver. Le surplus de réserve sert à garantir un essaimage reproductif au printemps prochain.

Pour une colonie, l'essaimage est un moyen de reproduction mais il ne peut avoir lieu que si la colonie est forte et qu'il ne met pas en péril la survie des abeilles restantes après essaimage.

Ici je vais expliquer comment à partir de cela, on peut minimiser les risques d'essaimage. Cette technique ne bloque pas l'essaimage, elle vise juste à retarder le départ. Si l'essaimage est suffisamment retarder, alors les abeilles arrête le processus d'essaimage pour préparer l'hiver.
En fait au printemps, l'élevage du couvain se fait juste sous une réserve de miel operculé. Au fur et à mesure que le miel est consommé, de l'espace se libère et le couvain peut grandir. Mais l'accroissement du couvain se trouve rapidement freiner part cette réserve de miel. Il y a donc congestion, les abeilles préparent l'essaimage et réduisent la taille du couvain en le reremplissant de nectar.

Le but du "checker boarding" est de briser cette réserve au dessus du couvain.
Ici l'auteur explique sa méthode en ayant hiverné ces colonies sur trois hausses langstroth.
A la fin de l'hiver, la grappe se trouve dans la hausse du milieu (n°2) alors que dans la hausse du bas (n°1), le miel a été consommé. Et la hausse du haut (n°3) est pleine de miel. C'est cette hausse n°3 qui va bloquer l'expansion du couvain.
Au début du printemps, il faut retirer la hausse du bas n°1 dont les rayons sont vides. Ensuite on va échanger des rayons entre la hausse n°1 et la hausse n°3. Dans la hausse n°1 et n°3, on va alterner un rayon plein de miel et un rayon vide, ainsi de suite.
Et les deux hausses n°1 et n°3 seront replacées au dessus de la n°2 qui contient la grappe.
Image
De cette manière, on a brisé la barrière de miel. Quand les abeilles consommeront 1 cm² de miel operculé, le couvain pourra s'étendre de 2cm². L'expansion du couvain ne sera alors plus limité. Pour préparer l'essaimage, les abeilles doivent restreindre la taille du couvain en remplissant celui ci de nectar. Comme en alternant un rayon plein de miel avec un rayon vide, on a créer beaucoup d'espace libre, il est beaucoup plus long pour les abeilles de reremplir le tout de nectar. La date d'essaimage est retardée, l'essaimage a de grandes chances de se voir annulé.
Dans ce processus, beaucoup de nectar a été accumulé, le couvain a pu s'étendre librement. Maintenant les abeilles vont basculer en mode survie, un grand nombre d'abeilles est élevé sur le nectar accumulé, construction de nouvelles cires pour le couvain. La population devient très forte pour la récolte des provisions hivernales. Des hausses peuvent être ajoutées au dessus pour stocker les provisions hivernales.

Cette technique pour prévenir l'essaimage me parait intéressante. Ne connaissant pas le terme français pour "checker boarding", j'ai utilisé le terme anglais.
Cette pratique peut être compatible avec la warré sur barrettes ou sur cadres (avec des rayons sans cires gaufrées).
Il y a cependant le renouvellement des cires qui posent problème.

Que pensez-vous de cette technique!

Pour en savoir plus il faut directement voir le site en anglais.

@+

cepillo

Message#2 » lun. juin 09, 2008 1:42 pm

Bonjour Camille,

Les deux articles sont très intéressant. Je dois reconnaître que pour moi la traduction n'était pas évidente.

A la lecture de ton message, j'ai trois réflexions à faire :
-1- cela nécessite de travailler avec des cadres ... ce qui me conforte dans l'idée de réfléchir à adopter une solution simple qui permette d'éviter le côté fastidieux, long de la fabrication des cadres.

-2- dans le même ordre d'idée : conservation de vieux rayons puisqu'il faut une alternance Rayon miel et Rayon vide

-3- sur quelques ruches, ok, mais peut on l'envisager sur un grand rucher ?

A bientôt

camille

Message#3 » lun. juin 09, 2008 8:47 pm

Merci réagir à mon message.

Concernant l'utilisation de cadre ... je ne sais pas si c'est indispensable.
Il semble possible de couper les attaches de cires d'un rayon sur barrette. L'opération semble plus difficile qu'avec un cadre mais possible.

Ensuite il n'y a pas nécessité de garder de vieux rayons de miel. Les rayons vides proviennent de la hausse n°1. Cette hausse est vide car la grappe a consommé tout son miel pendant l'hiver. La ruche a hiverné sur trois hausses. Après checker boarding, la ruche est toujours sur trois hausses.

D'après l'auteur, c'est la seule grosse manip à faire au printemps. Ensuite il suffit de rajouter des hausses par en haut pour récolter le miel.
Cette méthode vise à retarder l'essaimage. C'est une méthode systématique contrairement à la destruction de cellules royales qui demandent de multiples visites.

Cette méthode est critiquable car elle modifie l'évolution naturelle de la ruche. Par ailleurs cette méthode ne bloque pas l'essaimage ... elle n'est pas agressive avec les abeilles.

cepillo

Message#4 » lun. juin 09, 2008 9:05 pm

Bonsoir Camille,

Effectivement , il est possible de détacher des rayons sur barette (je l'ai fait). Mais c'est plutôt casse-gueule ! Les rayons sont tout de même fragile, et il faut éviter d'avec nos gros doigts de tout briser.

Si la hausse n°1 est vidée de son miel, il n'en demeure pas moins qu'elle contient de vieille cire... à moins de remplacer par de la cire gaufrée neuve ... mais c'est une autre histoire.


Je ne suis pas non plus favorable à la méthode de destruction des cellules royales. On risque toujours d'en oublier une. Elles ont le chic pour en avoir une dans un coin ...

A bientôt

Avatar de l’utilisateur
rapiculteur
Anciens
Messages : 1301
Localisation : Bessay/Allier

Message#5 » mar. juin 10, 2008 6:25 am

Bonjour,

Comme le rappelle le titre de l'article, la lutte contre l'essaimage c'est surtout la recherche d'une production de miel (plus) importante. Personne ne lutte contre l'essaimage par idéologie. Si ?
La course aux essaims (si possible ceux des autres :roll:, bien sur !) est une période de bonheur pour les petits amateurs comme moi et comme nombre de membres de ce forum.

Alors bien sur, il parait que la warré essaime facile.
On verra début 2009, si tout n'est pas mort.

1 - ne rien faire et voir.
2 - diviser.
3 - une idée, suite au sujet de Camille : remonter dessus l'élément du dessous (supposé assez vide en début de saison) ???

a+

a+

guillaume31
Messages : 769
Localisation : haute garonne

Message#6 » mar. juin 10, 2008 6:32 am

Camille a dit: "Cette méthode est critiquable car elle modifie l'évolution naturelle de la ruche. Par ailleurs cette méthode ne bloque pas l'essaimage ... elle n'est pas agressive avec les abeilles"

Merci pour cette communication forte interessante.
D'autre part je ne suis pas d'accord sur le fait que ça modifie l'évolution "naturelle" de la ruche, mais ça lui change de direction, ça lui permet d'avoir une évolution "naturelle" d'une ruche qui au printemps à de la place pour développer son couvain c'est tout à fait naturel, simplement on a changé un paramètre de la ruche ce qui fait quelle évolue dans un sens qui n'est pas l'essaimage.
De plus on ne touche pas au nid de couvain donc la methode est très douce pour l'essaim.

camille

Message#7 » mar. juin 10, 2008 8:24 am

D'après la théorie développée ci-dessus:
La colonie amasse du miel pour hiverner. Si elle récole plus de miel, c'est en prévision de l'essaimage l'année suivante. Une ruche forte et en bonne santé doit essaimer ... elle peut ainsi se reproduire.
L'essaimage pour la colonie est le deuxième objectif après la survie.

Après quel est le but de retarder l'essaimage .... je sais pas !
Pour un amateur, je pense que ce n'est pas nécessaire.
Pour un professionnel, ca peut être une méthode pour garantir une bonne récolte sans avoir recours à d'autres techniques plus radicales (destruction des cellules royales, retournement du corps de la ruche, ...)

Personnellement, je compte bien surveiller mes ruches pour vérifier si je peux retrouver ce comportement. Par curiosité, j'aimerais bien comprendre et prédire l'évolution de mes ruches au fil de la saison (démarrage de la ponte, reremplissage du couvain, préparation à l'essaimage, basculement en mode survie, construction de cire, approvisionnement en miel, ...).

Par contre sur le site, il est bien expliqué que la place libre dans la ruche n'est pas le facteur déterminant dans l'essaimage. C'est la possibilité de développement du couvain au contact du miel. Si le couvain se trouve confiné sous un bloc de miel operculé, les abeilles vont préparer l'essaimage (indépendamment de la place disponible au dessus du miel ou en dessous, ce n'est pas une période ou elle construise de nouvelles cires). Il parait donc inutile de placer la hausse n° au dessus de la hausse n° sans checker boarding.
Il semblerait que ce ne soit pas la reine qui décide l'essaimage ... c'est les abeilles. La reine agrandit le couvain si c'est possible, dès qu'il y a de la place, elle pond. Les abeilles pour diminuer la taille du couvain, en vu de l'essaimage, doivent empêcher la reine de pondre. Pour cela elles remplissent les alvéoles du couvain avec du nectar. Si la reine ne trouve plus de place pour pondre, alors elle arrête et l'essaimage est possible.
Si l'apiculteur crée de l'espace libre (checkerboarding) pour la ponte de la reine ... le couvain peut s'étendre librement ... si les abeilles ne remplissent pas les espaces vides de nectar suffisamment vite, l'essaimage est abandonné.
Mais dans tous les cas, les abeilles auront amassés beaucoup de réserve pour élever un grand nombre de jeunes abeilles. La colonie devient très populeuse.

Enfin voila pour cette histoire de checker boarding.

guillaume31
Messages : 769
Localisation : haute garonne

Message#8 » mar. juin 10, 2008 6:14 pm

Quand tu qis:"La colonie amasse du miel pour hiverner. Si elle récole plus de miel, c'est en prévision de l'essaimage l'année suivante. Une ruche forte et en bonne santé doit essaimer "

Tu as lu ça où qu'une ruche forte DOIT essaimer, tu fais quoi des ruches qui n'essaiment pas et qui changent de reine par supercedure ?
Ce sont aussi des ruches fortes et qui récoltent beaucoup de miel.

Attention les abeilles ne savent pas lire et ne se rangent pas aussi facilement à l'interieur de doctrine qui explique ce que doit faire un essaim.
Les essaims sont multiples les conditions météo de leur environement sont extrement variées, alors je ne vois pas comment une théorie peut dire ce que doit faire un essaim.
S'appercevoir que de modifier l'organisation des provisions d'un essaim peut dans certaines conditions retarder l'essaimage est une chose, dire ce que doit ou ne doit pas faire un essaim en est une autre.

Avatar de l’utilisateur
Michel
Admin
Messages : 10710
Localisation : Millau 12 Aveyron France

Message#9 » mar. juin 10, 2008 8:49 pm

Bonjour Camille,

Merci pour tes recherches.

camille a écrit :
Par contre sur le site, il est bien expliqué que la place libre dans la ruche n'est pas le facteur déterminant dans l'essaimage. C'est la possibilité de développement du couvain au contact du miel. Si le couvain se trouve confiné sous un bloc de miel operculé, les abeilles vont préparer l'essaimage (indépendamment de la place disponible au dessus du miel ou en dessous, ce n'est pas une période ou elle construise de nouvelles cires)...
Il semblerait que ce ne soit pas la reine qui décide l'essaimage ... c'est les abeilles.


Il me semble avoir lu qu'une ruche essaime pour des raisons très diverses souvent liées à la perception des phéromones de la reine par les ouvrières.

Ainsi, une reine jeune et en pleine forme aura tendance à "inonder" sa ruche du parfum de ses hormones. De ce fait, toute sa colonie vivra sous son emprise sans ressentir le besoin de préparer un élevage de jeunes reines. En revanche, une reine faiblissante (vieille) ou une reine en pleine forme dans une ruche trop grande dans laquelles certaines de ses ouvrières ne perçoivent pas son odeur peuvent découvrir un jour que les ouvrières ayant cru à leur absence ont élevé des larves en cellules royales. Dès lors, la reine en titre sait qu'elle n'a plus que quelques jours à vivre dans cette ruche. soit elle part en essaimant, soit elle meurt, tuée par une de ses filles.

A l'inverse, il peut se produire qu'une reine plutôt prolifique se voie contrainte à essaimer si, alors qu'elle a rempli ses cadres de couvain, la miellée débute et l'on commence à se sentir à l'étroit dans sa ruche.

Le "Checker boarding" peut résoudre les problèmes d'étroitesse de la ruche mais pas ceux de dilution du parfum de la reine, au contraire. Quelqu'un a une idée ?

Au plaisir,
Modifié en dernier par Michel le lun. mai 25, 2009 8:59 pm, modifié 1 fois.
Michel,

Causses tôt, Causses tard mais Causses toujours... tu m'instructionnes ! :lol:

camille

Message#10 » mer. juin 11, 2008 8:08 am

Bonjour à tous,

Pour répondre à Guillaume, je suis désolé ... je suis un peu maladroit. Je pense que le terme "doit" n'était pas le plus approprié.
En plus je me fais le porte-parole du site américain ... ce n'est pas mes idées que je défends. J'essaye juste de relayer les infos contenues sur le site .... qui malheureusement pour certains est en anglais.
Mes messages sont des concentrés traduit de l'anglais ...

Mais pour répondre, je dirais que la supercédure fait parti d'un comportement de survie de la colonie.
Sur le site, il explique que l'élevage de cellules royales peut se faire pour au moins deux raisons : l'essaimage ou la supercédure. Il met aussi en garde les personnes qui détruisent les cellules royales pour stopper l'essaimage de ne pas détruire des cellules royales élevées dans le but d'une supercédure.

Par contre je ne savais pas qu'il existait des colonies qui n'essaiment pas. Comment font-elles pour se reproduire.
Ce caractère est-il naturel ou est-ce l'effort de l'homme? (en comparaison avec les plantes stériles)

Bonne journée

guillaume31
Messages : 769
Localisation : haute garonne

Message#11 » mer. juin 11, 2008 9:16 am

Camille je comprends bien ton point de vue et merci encore de rapporter le point de vue d'un site en anglais.

Une ruche n'est pas un individus c'est une société, pour la sauvegarde de l'espèce elle n'a pas besoin de se reproduire, il faut la reproduction des abeilles pas forcement des ruches.Même si l'essaimage permet aux abeilles de coloniser le milieu et d'en conquerir de nouveau. Donc l'essaimage n'est pas une obligation dans le cycle annuelle d'un essaim.
Pour un essaim ce qui est important c'est le renouvellement régulier de la reine, renouvellement qui assure la pérénité de l'essaim.
Dans certaines conditions, de climat, d'age de la reine, génétique, et de période de l'année et de réserves, l'essaim peut choisir pour changer la reine le mode de supercedure. Les cellules royales sont alors au milieu du couvain et non pas à la périférie comme lors de la préparation d' un essaimage.

Ceci est tout à fait naturel et n'a rien avoir avec l'action de l'homme, après en fonction de son mode d'apiculture l'homme peut séléctionner des essaims qui ont plutôt tendance à essaimer ou à changer la reine par supercédure. mais un même essaim peut utiliser les deux mode de changement de reines en fonctions de conditions exrterieur.

Avatar de l’utilisateur
Michel
Admin
Messages : 10710
Localisation : Millau 12 Aveyron France

Message#12 » mer. juin 11, 2008 12:12 pm

Bonjour Guillaume,

Peux-tu expliquer ce qu'est la supercédure ?

Merci d'avance.
Michel,

Causses tôt, Causses tard mais Causses toujours... tu m'instructionnes ! :lol:

Avatar de l’utilisateur
CyrC
Modérateur
Messages : 749
Localisation : Maine et Loire

Message#13 » mer. juin 11, 2008 12:41 pm

La supersédure est un changement de reine sans essaimage. Et génétiquement, il existe des lignées d'abeilles qui n'essaiment pas : ça s'appelle l'anecbalie.

Labbey

Message#14 » mer. juin 11, 2008 6:20 pm

Bonjour à tous

Pour les utilisateurs de barrettes, je déconseille vivement les manipulations.
En effet hier lors de la visite des ruches, j'ai voulus voir un peu les rayons, mais les petites constrisent tellement séré que dès que l'on touche, il y risque de chute!!!!

Et c'est ce qui m'est arrivé!!!!!! :boulet1
Bon j'ai tout remis en ordre tant bien que mal, mais si on veux faire des manips de ce genre, je pense qu'il vaut mieux utiliser des cadres de cire gauffrée. :roll:

Avatar de l’utilisateur
Michel
Admin
Messages : 10710
Localisation : Millau 12 Aveyron France

Message#15 » mer. juin 11, 2008 9:39 pm

Bonjour,

Merci Cyrc. Ce remplacement s'effectue alors que la "vieille" reine est morte ou bien l'élevage se fait avec une reine faiblissant et de jeunes reines qui, à peine nées vont la tuer si elle les laisse éclore ?

Merci pour ces infos,
Michel,

Causses tôt, Causses tard mais Causses toujours... tu m'instructionnes ! :lol:

Retourner vers « Essaimage »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité

Faites glisser l'icône de la Ruche Warré sur la barre des tâches pour épingler le site !

Ou cliquez ici par l'ajouter au menu démarrer ou à la liste des applications.